Objectifs :

L’expérimentation consiste à faire converger les thèmes du patrimoine et de l’habitat (cœur d’agglomération), de la transition énergétique et du développement économique local (créer une chaîne de valeur sur les matériaux locaux utilisés en matière de rénovation) pour répondre aux quatre objectifs suivants :

  • mettre en valeur les qualités architecturales du bâti ancien tout en augmentant son efficacité énergétique ;
  • rechercher des solutions locales/ régionales améliorant l’efficacité énergétique et tenant compte de la population résidente ;
  • capitaliser sur les recherches et expérimentations du bâti ancien cadurcien afin de pouvoir transférer et reproduire et adapter à d’autres villes et territoires ;
  • adapter les nouvelles technologies de gestion de l’énergie pour influer sur les comportements et les usages.
  • faire naître un cluster sur les filières d’avenir en lien avec les centres anciens et l’énergie, véritable plateforme d’échange de la reconquête des centres anciens.

Dimension innovante de l’expérimentation :

La loi sur la transition énergétique inclut un volet sur la rénovation des bâtiments, mais la typologie des bâtiments diffère beaucoup d’une époque à une autre, voire d’une région à une autre. Le traitement du bâti ancien ne se fait pas avec de l’isolation par l’extérieur mais avec une approche thermique spécifique telle que la simulation thermique dynamique et l’écorénovation.

Ainsi, la démarche de Cahors révèle une approche intégrée en prenant en compte les points de vue de toutes les parties prenantes autour d’enjeux mondiaux et européens :

  • Développer une approche par des usages afin de répondre aux besoins de ménages modernes et favoriser le retour des familles en centre ancien.
  • Améliorer l’efficacité énergétique tout en respectant et préservant le patrimoine.
  • Favoriser le développement des filières locales pour la production des matériaux d’éco-rénovation.
  • Transmettre les savoirs et faire monter en compétences le tissu artisanal local et ainsi développer l’économie et l’emploi local.
  • Transmettre les expériences aux autres territoires. Cahors, qui pilote le réseau « écodéveloppement des petites et moyennes villes du Massif Central », prend des initiatives répondant aux mêmes attentes que les 18 autres villes du réseau. La reconquête du secteur sauvegardé et le développement d’un quartier ancien durable sont des axes de travail qui les concernent. Le rôle de ce réseau est inscrit au titre de l’attractivité des centres-bourgs dans la convention de Massif Central 2015/2020.
  • Avoir une approche globale de la réhabilitation du bâti ancien par la prise en compte de l’ensemble des facteurs (bâti, matériaux, usages, énergie, ressources…)
  • Tendre vers une démarche non industrielle de la rénovation qui prend en compte la nature du bâti dans ses spécificités mais aussi dans les techniques de mise en œuvre et les matériaux utilisés (locaux).
  • Créer une véritable plateforme d’échange (cluster) et de transfert autour de ces problématiques.

Effet de levier pour les territoires :

Cette démarche globale agit et agira sur l’ensemble des facteurs composant le territoire :

  • Les habitants : ramener des habitant dans le centre ancien ; avoir des logements adaptés aux familles ; améliorer la facture énergétique ; améliorer la qualité de vie
  • Le territoire : passer d’une vieille ville à un centre ancien durable ; être exemplaire dans l’écorénovation ; essaimer la démarche auprès des villages de l’agglomération (dans un premier temps) ; favoriser les ressources locales et développer des nouvelles filières de production agricole (matériaux biosourcés) ; rénover et équilibre ses habitats pour un développement homogène du territoire.
  • Massif Central : mise en œuvre au bénéfice des centres-bourgs du réseau « écodéveloppement des petites et moyennes villes du Massif Central »
  • Régional et national : réduction de la consommation énergétique et des gaz à effet de serre tout en préservant l’identité du bâti et le patrimoine.

Modalités d’implication des habitants :

Cette démarche s’inscrit dans le programme cœur d’agglo visant à reconstruire un centre-ville vivant, qui accueille de nouveaux habitants et de multiples activités économiques dans un cadre de vie préservé, modernisé et sécurisé (modernisation, amélioration de l’habitat, réaménagement des espaces publics, rénovation de la voirie, dynamisme commercial, tranquillité publique). Dans ce cadre, la Ville tient régulièrement des conseils citoyens dans les quartiers dont le centre ancien, permettant aux habitant de s’exprimer en lien direct avec les élus.

De plus, le bâtiment démonstrateur se positionne comme un living-lab dans lequel les appartements créés seront habités et instrumentés. Les habitants seront alors acteurs de l’expérience par leur mode de vie permettant un retour d’information sur la démarche et son évaluation. Enfin un projet européen complémentaire à SUDOE va permettre de développer la relation avec les usagers pour toujours plus d’intégration et de réponses aux besoins.

Dimension reproductible :

Cette démarche multi-approches doit permettre son appropriation par d’autres territoires. En effet, le travail de rapprochement des acteurs et parties prenantes de la démarche, les résultats évalués de l’amélioration de la performance énergétique du bâti ancien, la montée en compétences des acteurs économiques, la diffusion des travaux de recherche et la formation associée seront les vecteurs de diffusion et de reproductibilité de la démarche ENERPAT. L’approche scientifique et technique de la problématique est reproductible mais doit s’adapter ensuite dans son application à la typologie du bâti.

Adresse

Notre adresse:

72 Rue Du Président Wilson - 46000 CAHORS

GPS:

44.446997697834, 1.4413881802898

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-