Objectifs : l’expérimentation vise à développer deux véhicules lourds zéro émission à pile à combustible :

  • Le premier est un bus hydrogène 12m destiné à assurer le transport de passager dans les zones où il devient critique de transformer les modes de propulsion des transports publics.
  • Le second est une benne à ordure ménagère. Le châssis électrifié existe déjà et il s’agit de réaliser un système pile à combustible dédié. Le consortium SymbioFCell – E-trucks a déjà remporté un financement partiel de l’Union Européenne concernant le futur déploiement de ce véhicule en raison de son aspect innovant.

Il s’agit de démontrer avec ces deux véhicules nouvelle génération que non seulement la solution à pile à combustible est pertinente mais de plus qu’elle apporte des avantages supplémentaires par rapport aux solutions compétitrices. En effet les véhicules lourds ont été jusqu’à présent moins électrifiés que les petits véhicules car le poids et l’encombrement des batteries correspondant à leurs besoins énergétiques étaient trop importants. Dans le cadre de ces deux développements, on démontrera que la pile est à la fois puissante et compacte et que l’hydrogène assure l’autonomie suffisante à une exploitation dans des conditions opérationnelles.

Le développement des véhicules bus et benne à ordure sera suivi d’une phase d’expérimentation en partenariat avec respectivement le syndicat de transport et les services municipaux pour valider leur conception et apporter au besoin des améliorations et réglages. Sur un trajet équivalent, les véhicules seront comparés à leurs existants diesel pour qualifier le service rendu et évaluer l’impact en termes de pollution aérienne et sonore à la fois quantitativement par mesure et qualitativement par retours des riverains et usagers.

L’objectif est de produire ensuite en série ces véhicules innovants pour assurer un premier déploiement commercial en commençant par les zones les plus critiques en matière de qualité de l’air aujourd’hui. Les vallées de montagnes sont des zones particulièrement pertinentes en raison de l’effet ‘cuvette’ qui accentue la pollution. On peut penser à Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, et la vallée de l’Arve comme premières zones cibles.

Dimension innovante de l’expérimentation :

Cette expérimentation est innovante à plus d’un titre. Tout d’abord elle vient apporter une solution concrète immédiatement, de dernière génération et qui ouvre des perspectives sur le futur pour le déploiement de nouveaux véhicules plus respectueux de l’environnement. Elle vient mobiliser des forces industrielles du territoire sur un projet technologique commun. Le groupe Michelin basé à Clermont-Ferrand est en effet l’actionnaire industriel principal de SymbioFCell, la startup française spécialiste qui réalise les piles à combustible dans le projet. C’est assez remarquable que de n’avoir que des partenaires français sur un projet de technologie innovante.

De plus, les véhicules à pile à combustible sont reconnus comme aptes à transformer les habitudes de mobilité mais sont encore au démarrage de leur activité. Pour les véhicules lourds, c’est encore plus vrai et il n’y a que très peu d’acteurs sur le créneau. Cette expérimentation est donc une opportunité forte de créer un leadership européen dans ce domaine.

Enfin, cette expérimentation participe d’un plan de déploiement de plus grande ampleur en Auvergne-Rhône-Alpes. Au travers du projet Zero Emission Valley voté à l’unanimité le 29 juin dernier par l’assemblée régionale plénière dans le cadre du rapport sur l’éco-mobilité. Ce projet vise à déployer 1 000 véhicules utilitaires à pile à combustible, 20 stations de recharge hydrogène et 15 électrolyseurs. C’est avec l’ambition de faire de la région le plus grand territoire d’expérimentation européen en matière de véhicules hydrogène que la partie véhicules lourds serait initiée sur Clermont-Ferrand et viendrait apporter un chainon essentiel en matière d’offre de véhicules.

Effet de levier pour les territoires :

Les bénéfices attendus sont à la fois d’ordre environnementaux et sociétaux. Les habitants des zones de bassin de montagne sont de plus en plus préoccupés à juste titre des niveaux de pollution. En hiver, des phénomènes météorologiques spécifiques à la montagne empêchent la circulation de l’air. Les polluants sont alors piégés au fond des vallées, provoquant d’importantes concentrations de polluants.

Les véhicules développés dans le cadre de l’expérimentation ne rejettent pas de polluants. Les piles à combustible ne rejettent que de la vapeur d’eau. Comme les véhicules lourds sont par ailleurs les plus gros contributeurs à la pollution des transports, c’est un gage d’amélioration de la qualité de l’air dans les zones de déploiement que de procéder à leur développement.

De plus ce sont des véhicules électriques avec des niveaux de bruit en roulement et à l’arrêt bien moindre que ceux des véhicules à moteur à explosion. Leur mise en place va donc améliorer le niveau de bruit et plus globalement la qualité de vie des riverains et des usagers.

Modalités d’implication pour les habitants :

Les habitants seront impliqués fortement car il s’agit de leur environnement à termes et leur adhésion est essentielle. Des réunions d’information seront organisées en amont des déploiements de façon à les sensibiliser à augmenter le niveau d’attente.

Puis une fois les premiers tests réalisés, leurs témoignages seront recueillis de façon à obtenir un retour qualitatif sur les déploiements réalisés.

Dimension reproductible :

Potentiellement, toute collectivité souhaitant améliorer la qualité de l’air de ses transports et services municipaux est concernée. Les véhicules ont vocation à être déployés prioritairement dans les autres zones de forte pollution de l’air (Paris, Lyon, Grenoble, vallée de l’Arve…) et le marché visé est européen tout d’abord et mondial à termes.

L’expérimentation initiée dans le massif central sera donc le point de départ d’un déploiement beaucoup plus large avec l’ambition de réaliser une transition énergétique de grande ampleur pour les transports.

Adresse

Notre adresse:

34 Avenue de la République - 63966 CLERMONT-FERRAND

GPS:

45.784287615764, 3.1001214484915

Téléphone :

-

E-mail:

-

Web:

-